Les artistes locaux connus ou méconnus

Les écrivains  Les peintres
Le chaudronnier d'art Le poète

 Les écrivains :

puce3Robert DELES (1926-), Maire Honoraire

robert deles

Maire de PERRECY de 1989 à 1995, il y fut entre autre :

  • Résistant en 1944 (engagé à l’âge de 18 ans),
  • Gardien de but de l’équipe fanion de la JVSP puis l’un des animateurs,
  • Président de l’Amicale Laïque
  • Membre fondateur puis 1er trésorier du Karting Club,
  • Délégué Départemental de l’Education Nationale du secteur de Génelard
  • Historien et Ecrivain local depuis sa retraite de la vie élective en 1995.

Bibliographie :

  • Cela s'est passé à Perrecy
  • Une existence
  • Historiettes & sobriquets au Pays Minier et à Perrecy

puce3Jean Paul CHEVILLARD

Biographie issue du blog  : http://jpaulchevillard.canalblog.com/

"Je suis né un matin d'octobre, au sortir de la dernière guerre, "à l'heure où blanchit la campagne", comme dirait Victor Hogo. Pas trop tôt pour ne pas réveiller mes sept frères et soeurs, pas trop tard pour -déjà - profiter d'une belle journée d'automne.

Après une scolarité classique qui m'envoie au BEPC, la profession de comptable me conduit tout naturellement en retraite le 11 septembre 2006 (encore un "évènement" ?).

Marié, une grande fille, je partage maintenant mon temps libre entre sorties, bricolage, musique (au fait, il faudrait que je fasse raccorder mon piano !) et littérature.

En somme, je suis passé des CHIFFRES aux LETTRES."

Bibliographie :

  • Descente aux enfers
  • Descente aux enfers solution des jeux
  • La deuxième liste
  • Les Lendemains de Marthe
  • Un été à Sansefrain
  • Le goût du vin bourru
  • Le visiteur inattendu
  • L'énigme de Pré-roncé
  • Les contes de Noël

puce3Louis MOURIER dit "Marix" (1885-1945)

Louis Mourier est né à Perrecy-les-Forges le 4 juillet 1885. Son père le présenta le lendemain à l’officier de l’état civil de la commune, qui l’enregistra sous le prénom de Louis. Son père y est lui-même enregistré « Mourier Louis Marie, menuisier, 32 ans, marié à Garenne Claudine, lingère, âgée de 25 ans ».

Il y avait alors à Perrecy deux menuisiers homonymes : Mourier Jean-Marie Marix, et Mourier Jean Marie Félix. « Marix » était donc déjà, pour le père de notre grand homme, la réfection de « Marie » calquée plaisamment sur « Félix » pour distinguer les deux homonymes : ce fut, pour le fils, quelques dizaines d’années plus tard, son pseudonyme artistique, dès que Louis publia des dessins humoristiques ou satiriques et des articles politiques.

Quelques étapes de sa vie nous sont connues : il aurait appris le dessin « chez le Père Beaujard », à Génelard, ce qui lui permit plus tard de dire qu’il sortait « de l’école des Beaujard » !

Il aurait eu « des ennuis », à l’âge de 18 ans (1903), pour des motifs politiques. C’est alors qu’il se serait exilé à Paris.

C’est à Paris qu’il a épousé Charlotte Chatouillot, le 18 avril 1914, dans le 7 e arrondissement.

Mobilisé au début de la guerre de 1914, il fut fait prisonnier et resta 5 années en Allemagne. Il raconta plus tard sa vie de prisonnier dans un récit, signé en collaboration avec J. Binet, publié sous le titre Les chevaliers de la crosse en l’air (1931).

Rentré à Paris, il finit par s’installer ébéniste d’art, rue de Picpus, dans le 12 e arrondissement.

Militant libertaire et pacifiste, dessinateur humoristique et satirique, il collabora à diverses publications : L’Humanité (1922, 1923, 1932), La Caserne (1923), Le Libertaire (1923, 1932), et surtout La Gueule Noire, mensuel régional d’inspiration satirique et libertaire à l’intention du Bassin Minier de Montceau, du Creusot, etc., où il fut le dessinateur attitré, du premier numéro (décembre 1924) au dernier (juin 1937), mais où il publia également beaucoup d’articles consacrés à l’actualité politique ou événementielle. En 1939, il fournit un récit sans illustrations, Avec les Gueules Noires de 89, au quotidien régional La Tribune, qui le publia en feuilleton à l’occasion de la célébration du cent-cinquantenaire de la Révolution Française, et que les éditions « Le Caractère en Marche » viennent de rééditer récemment.

Marix fut arrêté en 1944 par les Allemands, à Paris, pour s’être livré à la fabrication de faux-papiers. Il fut emmené en Allemagne et interné, le 13 avril 1944, à la prison de Sonnenburg, célèbre pour être la prison des mis au secret. De là, il fut envoyé au camp de concentration de Sachsenhausen, matricule 117130, catégorie « rouge », où il intégra le Kommando Heinkel le 26 novembre 1944. Il y mourut trois mois plus tard, le 25 février 1945. Il avait 60 ans. Ce pacifiste avait ainsi subi, comme militaire, comme prisonnier, comme déporté, deux Guerres mondiales.

Texte du J.S.L. du 20 août 2011

Bibliographie :

  • Marix avec les Gueules noires de 89

puce3ASPEC " Association de Sauvegarde du Patrimoine et de l'Environnement"

Bibliographie :

  • Les mines oubliées
  • Jean DANZE :
  • Perrecy-les-Forges : mémoire
  • FEUTEUNOAD ou les tribulations d'un petit sloop suivi de Les guetteurs de Tevennec
  • De Louis Gauthier à Josiane Bost
  • Marius BOBIN : Perrecy-les-Forges, deux mille ans d'histoire
  • Gabriel de Ruty : Dompierre-sous-Sanvignes
  • Rémy Gaudiaut : De Siné Vinea à Sanvignes-les-Mines
  • Louis Bouteculet : Au fil de l'Oudrache

 Les peintres :

puce3Dominique LAGRU (1873-1960)

Dominique LAGRU

Né à Perrecy-les-Forges, fils d’un bûcheron et d’une couturière, Dominique Lagru (1873-1960) est berger à 12 ans, puis, pendant plusieurs années, mineur à Montceau-les-Mines. Il est conseiller municipal de Saint-Vallier en 1900. En 1902, il devient staffeur (ouvrier décorateur) en région parisienne. Il mène une activité syndicale intense ; il monte une bibliothèque intersyndicale et se met à s’instruire et à lire avec une passion dévorante. En 1948, à 75 ans, l’idée lui vient d’exprimer en tableaux l’histoire de l’univers qu’il a lue. Il consacre alors sa vie à la peinture. Nombre de ses tableaux font partie de collections de musées d’art naïf.

Article paru au JSL du 8 décembre 2012 par J-Pierre VALABREGUE

Bibliographie :

  • Dominique Lagru

puce3Jean Louis DUCERF

puce3ROSINE ROTBARDAtelier de Rosine Rotbard

26, Grande rue

Tel : 06 13 75 94 84

RosineRotbard@aol.com

 

 Le poète :

puce3Patrice JACQUET

  Le chaudronnier d'Art :

puce3SOTTY ALEXANDRE

Design et décoration.
Un métier et une passion.

Alexandre Sotty travaille le métal et il aime créer des objets et mobiliers ..... qui sont utilitaires et décoratifs .... pour lui, un escalier doit être avant tout une sculpture dans une pièce .... puis il devient un meuble destiné à  permettre de changer d'étage.. c'est assez simple .... comme définition ... et c'est la sienne !

Il façonne tous les métaux ... mais, avec une petite préférence pour les
aciers inoxydables et le cuivre ...

14, rue du 8 mai 1945

Tel : 06 10 84 19 74

http://alexandre.sotty.com/